top of page

Rencontre avec la Chlouha de Cote d'Ivoire !


Hassidot : Coucou Debbie, tu es avec ton mari et tes deux enfants Chlouha en Cote d'Ivoire, comment avez vous atterri la bas ? Et quelles etaient les premieres étapes de votre Chlihout?


Debbie• Un an et demi après mon mariage, mon mari, Yerahmiel Bensaïd, s'est rendu avec mon père, le rav Shlomo Bentolila, en Côte d'Ivoire pour une visite et un premier contact avec les membres de la communauté, dont certains connaissaient déjà mon père depuis de longues années.Ainsi, nous avons pris la décision de nous installer à Abidjan, à trois heures d'avion de la ville où j'ai grandi, Kinshasa. Au début, et ce pendant un an, mon mari faisait des allers-retours entre les deux villes, le temps de trouver une maison, qui ferait fonction également de Beth- 'Habad et de nous y installer définitivement.


Combien de juifs résident dans "votre territoire" ?

• Il y a à peu près une centaine de juifs dans notre communauté, mais nombreux sont ceux qui font des va-et-vient pour les affaires. La Côte d'Ivoire est le premier exportateur mondial de cacao, donc, oui, il y a de fortes chances que le chocolat que vous consommez vient d'ici. Il y a de nombreux expatriés, donc, qui travaillent dans le commerce du cacao, des noix de cajou et d'autres produits agricoles. Il y a aussi beaucoup d'activités dans le domaine de la sécurité.


Une journée type de Chlouha ?

• La journée-type d'une chlou'ha n'existe pas vraiment, chaque jour a sa particularité, chaque jour est différent du précédant. Toutefois, je vais essayer de faire un effort : dans la matinée je fais la téfila avec mes enfants pendant que mon mari s'occupe des mivtzaïm. Lorsqu'il y a la possibilité d'avoir un Minyane, nous organisons des Cha'harites suivis d'un petit déjeuner. Ensuite j’apprends aux enfants soit la parasha, soit un concept du Judaisme comme ahavat Israël etc. On a commencé aussi l’Alef bet etc Une fois par semaine je donne cours de Talmoud Torah aux enfants et une fois par mois j'organise une soirée pour les femmes de la communauté. On reçoit souvent des gens pendant la journée ou pour les dîners. Le Chabat nous recevons à peu près une vingtaine de personnes. A Roch Hachana et à Yom Kipour nous avions soixante invités. Ainsi, je passe pas mal de temps aux fourneaux, vu qu'ici il n'y a aucun aliment Cacher disponible . Je prépare ce qui est congélable à l'avance (pains, 'halot, borekas, quiches, desserts) pour les ressortir et les chauffer au besoin.



Ton plus grand défi ?

• Le plus grand défi d'une Chli'houte comme la nôtre consiste en l'éducation des enfants. Pour l'instant, je concentre tous mes efforts sur leur 'hinoukh, et je leur attribue même des fonctions au sein du Bet-'Habad, après tout, ils sont des petits chlou'him : ils préparent la table de Chabat, reçoivent les invités et je les fais participer à mes activités culinaires avant Chabat et les fêtes. Ta/tes sources d'inspirations ?

• Comme source d'inspiration pour toutes nos activités je consulte souvent internet et demande à mes parents toutes sortes de conseils vu que leur expérience est fort précieuse : s'installer au Congo il y a de cela trente ans alors qu'il n'y avait ni internet, ni téléphone portable, ni whatssap etc., en deux mots, ils étaient coupés du monde pour accomplir la mission du Rabbi, relève de l'exploit! J'en profite pour demander à vous toutes de prier pour la Refoua Chléma de ma maman, Myriam bat Ra'hel, qui a ouvert sa maison pendant trente ans, du matin au soir, et s'est dévouée pendant tout ce temps à l'enseignement de la Torah aux enfants. Un message pour les Hassidot ? • Les 'hassidot, mon message?

Ne vous comparez jamais aux autres, notre vie n'est pas une compétition.

Chacune a son parcours à suivre et ses bra'hot pour y réussir. Je me suis mariée à l'âge de 25 ans et on me disait souvent : "ne t'inquiète pas, ça va venir". Le fait est que je ne m'inquiétais pas du tout, je vivais ma vie pleinement en suivant des études, en travaillant et en voyageant, me disant qu'Hachem m'enverrait mon Zivoug au bon moment. Concentrez-vous donc, sur votre vie, votre mission, votre Avodat Hachem et vos passions. Wow, merci Debbie de nous avoir inspiré par ces belles paroles, nous te souhaitons beaucoup de Hatslaha dans ta merveilleuse Chlihout !


Tu es une Chlouha ou tu connais une Chlouha qui aimerait se faire interwiever, n'hesite pas à nous contacter au 0668747303.

236 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page