top of page

Le puissant témoignage de Rivka sur la Tsniout


Lorsque quelqu'un prononce le mot "Tsniout" , la première chose qui vient à l'esprit est ce que nous portons. Nos vêtements reflètent notre culture, notre personnalité, notre humeur et notre statut social. Pour nous, le vêtement est l'expression la plus extérieure de nous-mêmes. Cependant, les gens ne pensent pas souvent que la façon dont nous nous habillons peut avoir une incidence sur notre intérieur. J'ai grandi dans un foyer non religieux avec une famille qui était fière d'être juive, mais qui ne savait pas nécessairement ce que cela signifiait dans la pratique. L'étendue de notre pratique juive allait (parfois) jusqu'à se rendre à la synagogue pour Yom-Kippour, et jouer à la toupie à Hanoukka. Être juive faisait partie de mon identité, mais cela n'a jamais fait partie de mon style de vie. Quand j'ai rencontré Habad sur le campus à l'université, la flamme de mon âme a été rapidement allumée par la beauté et la vérité que je voyais dans cette nouvelle facette du judaïsme auquelle je n'avais jamais été exposé auparavant. Je suis devenu passionné par l'apprentissage et je me suis fortement impliqué dans l'éventail de programmes que Habad avait à offrir. Dans ma grande soif de commencer à garder les Mitsvot, l'une des premières aventures dans lesquelles je me suis embarqué a été la Mitsva de la Tsniout. Un jour, je suis parti à un programme, et la semaine suivante, j'ai pris sur moi de me vêtir façon "Tsniout" avec les trois seules jupes que je possédais. Pourtant, comme je savais que devenir pratiquante n’était pas un jeu, je me suis refroidi par des personnes qui ont fait Techouva et j'ai décidé d’adopter une approche vers la modestie mais lentement, petit à petit. J'avais été averti par un trop grand nombre de Rabbanits que si changer sa vie si brusquement pouvait être amusant, ce n'était pas la façon de créer un engagement à vie.

Vivre dans une banlieue décontractée de la côte ouest, avec des vêtements de plage, des tongs et des conditions météorologiques idéales faisait partie de mon quotidien. Alors au début, j'ai commencé à porter des jupes et des manches ¾, puis mes vêtements sont devenus moins moulants, et finalement, je me suis motivé à mettre des collants. Au fur et à mesure de cette lente progression dans ma garde-robe, j'ai également remarqué que ma nouvelle approche de la modestie commençait à se manifester dans d'autres domaines. J'ai commencé à remarquer de petits changements dans ma vie et dans les gens autour de moi. Il me semblait que les conversations que j'avais avec les autres étaient plus raffinées et authentiques. L'approche générale que d'autres ont adoptée à mon égard m'a paru plus bienveillante. Venant d'un campus universitaire où tout est permis, j'ai remarqué que les hommes m'accordaient un grand respect, et à ma grande surprise, beaucoup de mes connaissances sont devenues étonnamment moins rudes. Au début, j'étais confuse et surprise par ces changements subtils mais perceptibles. Je n’étais pas différente; J'étais la même personne, je traînais avec les mêmes personnes, dans le mêmes environnement. Alors pourquoi les gens m'ont-ils soudainement traité différemment? Je n’avais pas changé - du moins je le pensais. Beaucoup de gens peuvent dire que ces changements n'ont rien à voir avec la façon dont je m'habillais et sont le résultat du fait que j'étais éclairé et inspiré par les valeurs du judaïsme. Cependant, ce n'était pas le cas. Ce n’est que des années plus tard que j’ai appris les chapitres 3 et 4 de Tanya qui parlent des vêtements de l’âme. La seule façon dont une personne peut s'exprimer est par la pensée, la parole et l'action; et comment ceux-ci, à leur tour, deviennent les «vêtements» de notre âme. Ce n'est que lorsque j'ai appris cela que j'ai réalisé ce qui s'était passé. Sans même en avoir conscience, la façon dont je m'habillais avait commencé à me changer de l'intérieur. Mes pensées étaient différentes et j'ai remarqué que je tenais la tête plus haute, que je marchais avec un peu plus de détermination et que j'avais un peu plus confiance en moi. La façon dont je parlais aux autres a changé. Lentement, j'ai réalisé que les nouvelles personnes avec lesquelles je choisis de m'entourer étaient d'une stature morale plus élevée que celle à laquelle j'étais habituée auparavant. Les gens me traitaient différemment parce que sans même le savoir, j'avais changé de l'intérieur et ils pouvaient le percevoir. De manière générale, l'une des premières choses que fait une Baal Techouva est de mettre une jupe et un haut à manches longues, car ce sont les changements les plus "systématiques".

Ce qu’elles ne réalisent pas, c’est que mettre cette jupe les changera inévitablement même à l'intérieur, profondément dans les recoins du cœur jusqu'au plus petites actions de la vie quotidienne. En l'honneur de Youd Chevat, n'hesitez pas à aller sur www.therebbesletter.com et lire les paroles émouvantes que le Rabbi a écrit dans une sur la modestie à toutes les femmes. Plus encore, nous pouvons offrir un beau cadeau au Rabbi et à nous-mêmes en prenant une Hahlata (engagement) personnelle dans notre propre Tsniout.

On ne sait jamais; prendre cet engagement pourrait bien nous changer de l'intérieur - pour le mieux - sans même que nous le sachions. Rivka Cohen pour collive

226 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Superbe témoignage, tellement vrai. C'est exactement ce que j'ai moi-même ressenti dans mon cheminement vers la tsniout.

Batyah (blog teena.fr)

Like
bottom of page