top of page

Le miracle spectaculaire des Aminoffs!



Le 26 juillet 2010, Charlene et Jonathan Aminoff sont allés courir avec leurs fils (près de leur appartement à Miami) tandis que leur fille de deux ans, Gali, faisait la sieste au bord de la piscine avec sa nounou. À leur retour de la sortie, les Aminoffs ont été entendus des cris dechirants. Un homme qu'ils ne connaissaient pas tenait un enfant mort dans ses bras: peau violette, poings serrés, ongles bleus.


Charlene se souvient de la profonde pitié qu'elle a ressenti pour la mère de cette fille sans vie, mais elle ne pouvait pas chasser le sentiment qu'il y avait quelque chose de familier chez cette petille fille. Alors qu'elle tournait lentement la tête vers la chaise longue où Gali faisait la sieste, Charlene vit un spectacle choquant: la nounou dormait, mais Gali était partie. C'est à ce moment qu'elle a réalisé- sa fille bien-aimée était morte.


Son mari Jonathan, un gestionnaire de fonds spéculatifs qui était bénévole pour Hatzala (le corps d'ambulance juif) depuis vingt ans, a immédiatement commencé à pratiquer les gestes des premiers secours. Jonathan a expliqué plus tard qu'avec ses décennies d'expérience EMT, il pouvait dire instantanément qui était "insauvable". Jonathan a tenu a pratiquer les mouvements de réanimation de sa fille pour montrer à sa famille qu'il avait essayé, mais il était certain que c'était pour rien.

Comme les caméras de surveillance du bâtiment l'ont révélé plus tard (des images que les Aminoffs ont encore), Gali a été sous l'eau (chaude) pendant trois minutes et dix secondes.


Au milieu du désespoir, alors qu'elle priait pour un miracle, Charlene a été frappée par une idée: les Aminoffs étaient une famille séfarade traditionnelle, mais il y avait beaucoup de mitsvos qu'ils n'avaient pas encore abordés. En tant que femme perse blonde, les cheveux de Charlene étaient sa couronne de gloire. Mais à ce moment-là, elle a décidé qu'en tant que Korban (sacrifice) à Dieu, elle offrirait ses cheveux en espérant les échanger contre la vie de sa fille.


Trouvant un foulard bleu à proximité, Charlene a commencé à y insérer ses belles mèches dorées et a promis à Hashem que, quoi qu'il en soit, elle prenait sur elle la Mitsva de se couvrir les cheveux. Tout en prononçant «Sh’hechiyanou V’kiyamnou, V’higanou L’azman Hazeh», les cheveux de Charlene étaient désormais couverts. Jonathan leva les yeux, réalisa ce qu'elle faisait, arrêta tout et commença sa prière vers Hashem.


«Pendant vingt ans, je me suis porté volontaire pour Hatzala», a supplié Jonathan au Tout-Puissant, les mains tremblantes vers le ciel, «et je n'ai jamais rien demandé en retour. J'encaisse tout ça maintenant. Et je consacrerai encore vingt ans a Hatzala. "


Un instant plus tard, Jonathan a touché le cou de Gali et a commencé à crier: «J'ai un pouls! J'ai un pouls! J'ai un pouls! "


Une fillette de deux ans était revenue d'entre les morts - ses parents étaient ravis, mais comme l'ambulance s'est précipitée à l'hôpital, ils ont craint le pire. Seul le temps revelerait la gravité des lésions cérébrales. À leur arrivée à l'hôpital, les médecins de Gali ont commencé à effectuer des tests pendant que Charlene et Jonathan priaient avec anxiété et disaient des psaumes.


Une fois le panel terminé et Gali examiné de la tête aux pieds, les neurologues se sont approchés des Aminoffs dans la salle d'attente. «Nous sommes des hommes de science», ont-ils commencé, «la science est logique. Elle suit les lois, mais il n'y a rien de scientifique qui concerne votre fille. C'est un miracle. " Charlene et Jonathan ont ensuite été informés qu'il n'y avait pas la moindre lésion cérébrale, pas de signe d'eau dans les poumons de Gali, pas de trace de gaz dans son sang. (Gali s'est noyé un lundi, s'est reposé mardi et était de retour dans la piscine mercredi!)


Jonathan a demandé au médecin-chef: "Êtes-vous juif?" Le médecin hocha la tête sans enthousiasme «oui». "Crois-tu en Dieu?" S'enquit Jonathan. Le médecin a regardé ses collègues, a fait une pause pendant un moment et a répondu: «Maintenant oui.» Ce médecin est un juif pratiquant aujourd'hui grâce a la petite Gali.


Des leur retour de l’hôpital, les Aminoffs ont appris davantage sur «l’étranger» qui avait sauvé la vie de leur fille. Il s'est avéré qu'il était un voisin et, comme eux et la plupart des résidents de leur immeuble, il n'a visité son appartement que par intermittence pour les vacances. Fin juillet à Miami, le bâtiment était vide. Ce voisin utilisait rarement la piscine, mais son emploi du temps l'avait libéré le matin où Gali s'était noyé et c'était une si belle journée qu'il avait décidé de nager rapidement. Il n’y avait personne à la piscine à son arrivée, sauf une femme endormie (la nounou de Gali).


Il a fait quelques tours dans l'extrémité profonde et a tenté de grimper en utilisant l'échelle (près de l'endroit où il avait laissé sa serviette), mais la veille, il s’était froissé un muscle de sa jambe et quand il a essayé de monter, c'était trop douloureux. Le voisin a décidé d'utiliser les escaliers de la piscine à la place, et alors qu'il se dirigeait vers le fond peu profond, il a vu un objet au fond de la piscine, à côté de l'escalier. Quand il a plongé pour l'inspecter, il a trouvé un enfant sans vie.


Les Aminoffs ont été chargés par plusieurs rabbins de faire connaître le miracle. Un miracle si ouvert et évident est si rare de nos jours !


Traduit et adapté de jewinthecity.com

158 vues0 commentaire

Comments


bottom of page