top of page

Interview exclusif d'une Baal Techouva



'Hassidot rencontre aujourd'hui Nina Abitbol, 20 ans, qui nous ouvre son coeur....


Hassidot:Peut tu s'il te plaît te présenter à nos lectrices ?


Nina: Salut les Hassidot, 

Je me présente je m’appelle Nina Abitbol j’ai 20 ans et aujourd’hui ça fais plus de 4 ans que j’ai fais Tchouva. C’est pendant ces 4 ans que j’ai pu trouver un réel sens à ma vie. 

Je voulais juste tout d’abord vous partager que je ne viens pas d’un famille qui pratique la religion où mes parents ne gardent pas le chabbat même pas la cacherout, mais mes parents ont toujours voulu me mettre dans une école juif par sécurité. Donc j’ai eu cette chance d’être dans un Mosad du Rabbi mais j’en avais jamais réellement profité à part ces 4 dernières années. 


'Hassidot: Quel a été l'élément déclencheur de ta Techouva? 


Nina: L’élément déclencheur de ma techouva à été un Gan israel en février pendant 2 semaines où j’ai pu travaillé en tant que monitrice pour pouvoir à l’époque me trouver de l’argent, je connaissais même pas le mot chlihout qui a aujourd’hui tout un sens pour moi. 

La directrice m’avait assez impressionné elle avait pris de son temps un soir pour me raconter sa Tchouva et aujourd’hui elle est devenue ma Machpiah.

Une Machpiah est très importante pour nous aider à faire des choix,avoir un point de vue extérieur, basé sur les paroles du Rabbi. 

Je pourrai pas réellement vous dire tout ce que j’ai ressenti ces semaines là dans le Gan israel, le Gan Israël du Rabbi a été un sentiment tellement nouveau pour moi. 

De voir ces ambiances, les chants, des vidéos du Rabbi, des enseignements.... petit à petit tout à pris un sens dans ma tête et tout ce que je me suis dis sur la route du retour un soir, en fin de journée de Gan c’est que «moi aussi je peux avancer» et à partir de ce moment la j’ai fais quelque chose d’extrême où moi même je ne sais pas quelles forces en moi se sont déclenchées mais j’ai changé totalement mon quotidien, j’ai commencé a mangé chamour alors que je ne mangeais même pas cacher à l’époque, les jeans j’ai jeté, les musiques, les films et séries je vous laisse imaginer.... je suis parti avec ces forces qui m’ont été donné par ces deux semaines la. Ma Tchouva a bien sûr continuer et j’ai eu un suivi à l’école Sinaï par le Rav Itsrak Touaty Zal et par son épouse Mme Touaty. 



Ces trois dernières années ont été très enrichissantes pour moi, j’ai pu apprendre réellement à me connaître, à me construire grâce aussi au séminaire de Beth Rivka qui est un Mosad du Rabbi et j’ai ressenti là-bas un réel impact, et au quotidien, grâce aux enseignements du Rabbi que j’ai suivie chaque jour par l’étude.


'Hassidot: Dans ton parcours de Techouva, quels sont les plus grand challenges que tu as pu rencontrer?



Nina: C’est vrai que chacune d’entre nous est confrontée à un coup dur dans son avancement, que ce soit des doutes et encore pleins d’autres choses mais ce n’est que le yetser Ara.

Ce qui m’a fait du bien pendant ces petites périodes où mes parents étaient contre et (aujourd’hui maintenant qu'ils ont bien avancé), c’est d’écrire au Rabbi lui déverser tout mon cœur pour me soulager de savoir que le Rabbi il est près de chaque Juif, alors il est près de moi.

Ça me faisait du bien et je continuais en regardant des vidéos, des histoires toutes ces choses qui nous rapprochent de notre Rabbi qui nous aide à nous sentir en sécurité avec toutes ces difficultés du quotidien.

Peut importe chacune d’entre nous doit trouver de quelle manière elle doit rejeter son yetser Ara et le Rabbi lui-même est la bonne personne pour nous détacher de celui-ci et de nous aider.


'Hassidot: Un petit message pour nos lectrices ?


Nina: Le petit message que je veux vous partager, c’est que nous avons toutes les forces nécessaires pour pouvoir évoluer, nous élèver et être des meilleures personnes chaque jour! 

On est les hassidot du Rabbi et on a l’aide de notre Rabbi, de notre papa qui est près de nous. 

On a la grande responsabilité d’être dans la génération du Machiah où tout repose sur nous. Chaque bonne action peut faire basculer la balance!  Alors donne le meilleur de toi-même et tout ce qu’on traverse, ces difficultés, c’est le yetser ara, et même les épreuves sont envoyées par Hachem pour nous faire grandir alors regardons que le positif dans chaque chose, rien de mal ne descend D’Hachem. 

Croit en tes forces pour aller jusqu’au bout et qu’on se retrouve vite avec le troisième Beth Hamikdach avec notre Rabbi à notre tête.


'Hassidot: Merci infiniment Nina, tu nous inspire énormément. Bonne chance pour la suite!

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page