top of page

Harcelée en école juive, mon cri du coeur!


C'est le cœur lourd que je décide aujourd'hui de me confier au site Hassidot.

J'ai un message très important à faire passer aux lectrices de Hassidot mais plus particulièrement aux éducateurs et éducatrices.


Je m'appelle Sarah et j'ai 28 ans. J'ai passé toute ma scolarité dans une école juive bien connue sur Paris que je préfère ne pas citer.

J'ai toujours été réservée et discrète et la maternelle et le primaire se sont bien passés pour moi.

Mais tout a changé lorsque je suis rentrée en 6eme.

Il y'avait beaucoup de nouvelles élèves qui venaient d'autres écoles et très vite, différents clans se sont formés.

Il y'avait une bande qui s'est formée dans ma classe. Des filles très sûres d'elles, prétentieuses et dominatrices, des "fraîcheurs".

Bien entendu, elles ont tout de suite cherché leur proie, et comme vous pouvez vous l'imaginer, j'étais la cible idéale.

Venant d'une famille modeste, je ne portais pas de marques, et elles ont commencé à se moquer de mon "look" qui ne leur convenait pas. Puis, voyant que j'avais du mal à me défendre, elles ont continué à me lancer des pics, parfois même en plein cours.

Lorsque j'arrivais en classe, elles me dévisageaient et rigolaient. J'étais la "victime" idéale.

Je n'étais pas la seule à subir ceci. Deux autres filles, du même profil que moi, manquant d'assurance, ont également été victimes.

Je rentrais chez moi en pleurs tous les jours. Le lendemain, je ne voulais pas me lèver, je savais que aller à l'école voulait dire souffrir.

J'étais brisée intérieurement et j'ai perdu le peu de confiance et d'estime de moi qu'il me restait.

Je regardais ces filles si fortes et enjouées et je rêvais d'être comme elles...


Ce supplice à duré jusqu'en 3ème. Mes parents ont contacté l'école à maintes reprises et la réponse était toujours identique : "On va s'en occuper et parler aux professeurs pour qu'elles règlent le problème".

Mais cela n'a rien changé. Mes professeurs ont plusieurs fois essayé de parler aux principales "agresseurs" ce qui a aggravé la situation car elles ont bien compris que j'étais derrière tout ça.

Cela me rendait malade. Je n'avais plus d'appétit et vomissais énormément.

Mais le pire est que mon innocence de jeune fille a été brisé et j'ai perdu toute joie et insouciance.

Les mots sont trop faibles pour décrire les souffrances que ces années m'ont offertes.

Aujourd'hui, j'ai 28 ans mais ces années destructrices ont laissé une cicatrice profonde en moi.

J'ai encore du mal à m'affirmer, à avoir confiance en moi et entreprendre de belles choses. J'ai fais plusieurs thérapies qui m'ont aidé mais le mal a été fait et il a laissé sa trace.


J'écris ce message car aujourd'hui, je sais que des centaines d'enfants et adolescents sont victimes d'harcèlement dans les écoles juives. Cela me brise le coeur mais je sais que nous pouvons agir.


Le message que je veux transmettre aux éducateurs est le suivant:

Ne vous limitez pas à un enseignement, ouvrez les yeux et observez vos élèves attentivement, souciez vous de leurs bien être avant même leurs résultats! Renseignez vous sur ce qu'il se passe en coulisses. D.ieu vous a confié Ses enfants et vous en avez la responsabilité. Vous pouvez sauver des vies!

Et si vous voyez quelque chose, ne restez pas inactif, concertez vous avec des personnes spécialisées dans le domaine du harcèlement pour trouver des solutions efficaces.


Quand aux élèves victimes d'intimidation ou d'harcèlement, ne pensez pas que ça ne changera jamais et qu'il faut faire avec!

Un enfant/adolescent est comme une graine. Si la graine est entaillée, c'est l'arbre entier qui poussera tordu.

Accepter de se faire harceler dans son jeune âge c'est une vie entière chamboulée et des séquelles irréversibles!

Parlez en à vos parents où a des éducateurs de confiance et battez vous pour que cette situation scandaleuse change.

Car oui, c'est votre avenir qui est en jeu, bien plus que votre note au dernier contrôle de math.


PS: N'hésitez pas a contacter la rédaction Hassidot pour me poser des questions où avoir des numéros de spécialistes.


Sarah

693 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page